On connaissait déjà Bruce Le, fameux acteur des Clones de Bruce Lee, et on apprécie beaucoup Richard Harrison, le vrai Ninja Blanc. Du coup, c'est avec grande joie qu'on a visionné l'Implacable Défi qui rassemble ces deux grandes figures du cinéma de bagarre.

Bruce Le

Des scientifiques bien inspirés mettent au point une formule infaillible pour stériliser l'être humain. Ils n'ont même pas le temps de sabrer le champagne, qu'ils se font sabrer la formule par de brutaux terroriste.
Bruce Le et Richard Harrison, deux super agents de la CIA, vont récupérer l'ignoble pilule du lendemain. Chacun des deux agents a sa spécialité : Bruce Le est bien sûr un maître du Kung Fu, Richard Harrison ne fait pas de Ninjutsu, n'utilise pas ses colts comme dans un bon western, n'affronte pas ses adversaires en jupette avec son glaive, mais se sert plutôt de ce dernier pour assouvir ses bas instincts. Le duo du bagarreur et du séducteur part bien vite en mission à travers le monde.

Destination Espagne avec une intense corrida entre Bruce Le et un taurillon qui finira avec une fracture du crâne. Puis Hong-Kong avec ses affrontements contre gangs locaux et la bande de terroristes aux bras, pas encore, cassés.

Bruce Le savate, couine, upercute, se frotte le nez, montre son jeu de jambe, écrase des nuques en pulsant des yeux, enfin bref, Bruce Le exécute tout le répertoire de son modèle aux deux E. Ça castagne dur pour les raclures terroristes.

Du... tennis...

Richard Harrison, de son côté, passe la majorité du film à copuler langoureusement avec la faune (féminine) locale. Son introduction (dans le film...) est savoureuse car il joue au tennis avec des filles charnues et topless. La première coucherie est rigolote : elle a lieu dans une baignoire mousseuse avec Bruce Le comme témoin muet. Mais les derniers exploits érotiques de l'italien charmeur sont bien gênants, avec de la musique classée X, des gros plans fessiers, des soupirs hachés, et une longueur (de la scène...) bien trop exagérée.

D'ailleurs, lors de l'affrontement finale, Richard, probablement exténué par ses nombreux exploits lubriques, rate tous les affrontements de quelques secondes. Et malgré son noble port de la cravate, il semble totalement à la ramasse.
Heureusement son compagnon ne perdant jamais de vue les enjeux humanistes de sa mission, extermine tous les méchants et récupère enfin la formule.

Richard

Malheureusement l'histoire ne nous dit pas si on a finalement inoculé cette formule à ce chaud lapin de Richard Harrison.

partager